L'Œuvre du mois


septembre 2018 Archéologie

Oushebti du pharaon Siptah

Complot à la cour du pharaon Siptah
Après la mort naturelle du pharaon de la XIXème dynastie Séthi II (autour de 1193 avant J.–C.), Siptah, son successeur, un adolescent qui souffrait d’une déformation de la jambe gauche révélée par un examen scientifique de sa momie, a été nommé pharaon sous la tutelle de la reine Tawesret. C’est dans ce contexte que le chancelier Bey essaya de manipuler la monarchie, ses machinations entraînant finalement son assassinat, raconté par Paser, un des responsables en charge du travail des artisans des tombes royales de la Vallée des Rois. Siptah mourut durant l’année suivante et fut vraisemblablement enterré dans la tombe n°47 de la Vallée des Rois, dont l’excavation commença le 18 décembre 1905 et se poursuivit en 1912 et 1913. Un certain nombre de statuettes funéraires, appelées oushebtis, furent retrouvées parmi les nombreux objets funéraires qui accompagnaient le pharaon Siptah dans sa sépulture. Ces statuettes funéraires sont statistiquement, aux côtés des amulettes et des scarabées, les objets qui nous sont parvenus en plus grand nombre parmi les œuvres d’art d’Égypte antique.

Voir la notice complète

Oushebti du pharaon Siptah
Nouvel Empire, XIXème dynastie, règne du pharaon Siptah (environ 1193-1187 avant J. – C.)
Travertin (albâtre)
21.6 cm de haut
FGA-ARCH-EG-0406

origine géographique
Egypte, ouest de Thèbes, Vallée des Rois, KV 47

provenance
Découvert par Theodore Davis en 1912 dans la tombe du pharaon Siptah (KV 47) à l’ouest de Thèbes, dans la Vallée des Rois.
Ancienne collection privée américaine
Antiquarium, Ltd., New York, 1992
Sotheby’s [New York], Antiquities, 08.12.2010, lot nº 75.

© Fondation Gandur pour l’Art, Genève. Photographe : André Longchamp

À voir également