Colloque international
Quel avenir pour les « œuvres orphelines » ?


Colloque international
Quel avenir pour les « œuvres orphelines » ?

Réflexions sur les biens culturels sans provenance
Université de Genève, 4 et 5 février 2021

//www.youtube.com/watch?v=eaotqpBl1FM

L’Université de Genève, UNIDROIT et la Fondation Gandur pour l’Art organisent les 4 et 5 février 2021 un colloque sur le thème des « Œuvres orphelines ».

Les Conventions de l’UNESCO de 1970 et d’UNIDROIT de 1995 ont défini un cadre légal nécessaire pour lutter contre le trafic illicite des biens culturels. En Suisse, la loi fédérale sur le transfert des biens culturels est en vigueur depuis 2005.

Néanmoins, des questions se posent autour d’objets archéologiques, ethnographiques, et plus largement des œuvres d’art, présents dans les collections publiques ou privées, pour lesquels il n’y a ni archives, ni preuve matérielle de leur existence dans ces collections.

Dès lors, que faire des œuvres sans archives ? Comment faire si leur détenteur souhaite les déplacer, les vendre, les prêter ? Qu’envisager pour l’avenir ?

La patrimonialisation des collections privées – sous des formes à étudier – pourrait-elle en permettre la régularisation ?

La Fondation Gandur pour l’Art, l’Université de Genève et UNIDROIT souhaitent amorcer une réflexion sans tabou entre les divers protagonistes impliqués sur le marché de l’art : collectionneurs, galeristes, juristes, historiens et archéologues, conservateurs, magistrats, douanes ou encore brigades policières spécialisées dans la répression des fraudes, afin de trouver, à terme, une solution raisonnable qui tienne compte de la réalité et ne porte préjudice ni aux objets, ni aux propriétaires de bonne foi, ni aux chercheurs.

Compte-tenu des mesures sanitaires, le colloque se fera en ligne et sur inscription.

Inscription