Expositions


Musée départemental Arles antique, Arles (FR)   15 décembre 2018 - 22 avril 2019

L’Armée de Rome, la puissance et la gloire

Jamais l’expansion de Rome n’aurait été aussi rapide, ni n’aurait couvert un territoire aussi vaste sur une période aussi longue, sans l’incroyable force de frappe de son armée. Instrument de conquête, celle-ci assure aussi à l’Empire une longue période de paix. L’exposition présentée à Arles en montre l’organisation, la technicité et la puissance et en retrace l’évolution, du IIe siècle avant J.-C. à la fin de l’Empire.

Commissariat : Katia Schörle (Musée d’Art Classique de Mougins), Claude Sintes

 

L’exposition nous invite à découvrir, au fil de sept sections, la structure et le fonctionnement de l’armée romaine. Vecteur de civilisation, elle permet à Rome de dominer le monde antique, favorisant son enracinement culturel d’un bout à l’autre de l’Empire.

Son général en chef culmine au sommet de la hiérarchie militaire : sous la république, c’est un magistrat qui était, en cas de danger extrême, temporairement investi de l’imperium par le Sénat ; à l’époque impériale, l’empereur concentre entre ses mains – et de manière perpétuelle – ces pleins pouvoirs. Le rôle du chef de guerre est donc au cœur de la première partie de l’exposition. Les sections 2 (L’infanterie), 3 (La cavalerie) et 4 (La marine) abordent ensuite les trois corps d’armée que sont l’infanterie, la cavalerie et la marine. Véritable force militaire de Rome, l’infanterie est composée de légionnaires qui sont les combattants les mieux entraînés. Elle tire sa force de son équipement, de sa tactique de combat et de sa discipline. La cavalerie, qui n’a d’abord été qu’un complément de prestige à la légion, formée des citoyens les plus riches, se professionnalise aussi, devenant sous l’Empire une force essentielle au combat. Quant à la marine, elle a apporté à Rome de brillantes victoires navales sur les Carthaginois à l’époque républicaine. Se professionnalisant sous Auguste, c’est à elle que Rome doit d’avoir pacifié la mer intérieure qu’est la Méditerranée.

Les tactiques militaires romaines ont assuré à Rome le triomphe et la gloire : la cinquième section de l’exposition, L’armée en action, en explique les principales techniques. Si, sous la République, il s’agit de faire bloc pour écraser l’ennemi, à l’époque impériale, on privilégie en revanche le combat en petits groupes, plus mobiles et plus spécialisés. La vie dans les forts parcourt les divers aspects de la vie du soldat dans les camps établis le long du limes, zone tampon entre l’Empire et le monde barbare. La dernière section fait revivre le quotidien d’une légion, avec la reconstitution d’équipements militaires et la présentation des recherches d’archéologie expérimentale menées depuis plus de 20 ans par la Legio VIII Augusta. L’exposition est illustrée des aquarelles didactiques et inspirantes de Jean-Claude Golvin, spécialiste de la restitution des sites antiques.


Œuvres en prêt

Statuette de Victoire
IIIe - IVe siècle après J.-C.
Statuette dorée de Mars Ultor
IIIe siècle après J.-C.